Sahara : de l’importance d’être réaliste

Par La Rédaction

Il y a des mots qui comptent. “Réalisme” et “compromis” peuvent sembler anodins pour les néophytes, mais leur présence dans une résolution du Conseil de sécurité relative à la Minurso a des allures de victoire pour le Maroc. Ces termes dans l’historique du conflit du Sahara sont pleins de sens et suggèrent que l’option d’un état sahraoui indépendant n’est pas une option réaliste selon l’ONU. C’est pour cette raison, ajoutée au soutien affiché de puissances occidentales, qu’il serait réducteur de considérer cette résolution comme du “business as usual”. Ce gain est d’autant plus substantiel que, dans un passé pas si lointain, à une époque où un certain Christopher Ross était l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU au Sahara et où l’administration Obama était aux commandes, la période précédant l’adoption d’une résolution onusienne faisait office de parcours du combattant pour le Maroc. Désormais, les cerveaux de l’Avenue Franklin Roosevelt semblent agir dans le plus grand calme, comme si cet exercice, autrefois difficile, faisait office de simple formalité. La force tranquille affichée par le Maroc est passée par une bataille dans…

article suivant

Prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 décembre