Ode à notre noble Botola

Par Réda Allali

Autant vous prévenir tout de suite, cette page est une ode à notre noble Botola. Oui, ce championnat boiteux, un peu louche, au niveau de jeu incertain et à l’organisation chaotique. Zakaria Boualem l’aime du fond du cœur, et il a décidé de lui consacrer cette page, en plein accord avec lui-même. Certes, le fait que le Raja ait été sacré champion à la dernière minute de la dernière journée n’est sans doute pas étranger à cette poussée de sentimentalisme, mais, après tout, c’est son droit. Un observateur étranger pourrait être surpris d’apprendre que nous venons de terminer cette édition 2019/2020, et il aurait bien raison. Bien sûr, on avancera le Covid pour expliquer cet étrange timing, mais ce serait une justification incomplète, puisque nous étions déjà très en retard avant même l’arrivée de ce virus.

“La Botola est notre production la plus spectaculaire. Elle fait intervenir des footballeurs, bien sûr, mais aussi des chroniqueurs douteux, des juristes infatigables, des présidents suspects, des responsables irresponsables”

Réda Allali
La Botola, donc, a généré une charge de suspense monumentale, des pleurs et…

article suivant

Liquidation des retraites : un accord obtenu à la Chambre des représentants