Le Maroc récupère 25.000 pièces archéologiques saisies par les douanes en France

Près de 25.000 pièces archéologiques découvertes au Maroc et datant de la période paléolithique et néolithique, saisies par les douanes françaises entre 2005 et 2006, vont bientôt être restituées au Maroc.

Par

Ce crâne de crocodile fait partie des pièces saisies par la douane en France. Crédit: Ambassade du Maroc en France

Un pan d’histoire de retour au bercail. Exilées hors du territoire depuis une quinzaine d’années, sous scellés dans les coffres des douanes françaises après une fuite organisée, près de 25.000 pièces archéologiques s’apprêtent à être restituées au Maroc dès la fin du mois d’octobre.

C’est lors d’une cérémonie abritée au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) de Marseille que Français et Marocains ont acté le rapatriement de ces “trois tonnes” d’histoire archéologique marocaine, s’étalant du paléolithique au néolithique. Un retour perçu comme un “moment historique”, a annoncé, lors de l’événement, le directeur national du patrimoine marocain, Youssef Khiara, présent ce 15 octobre dans la cité phocéenne. Et de poursuivre : “Ce patrimoine va retrouver sa terre natale et sera exposé au public marocain.

Au total, ce sont 24.459 pièces archéologiques allant des fossiles aux trilobites, dents, crânes et mâchoires d’animaux qui vont retourner sur le sol marocain. Parmi elles, un crâne de crocodile, en partie dans sa gangue, mais aussi des pointes de flèches, des outils taillés et des plaques gravées. Un lot régulièrement qualifié d’“exceptionnel” lors de la présentation, provenant de sites présahariens et de l’Anti-Atlas, et datant de 500.000 millions d’années et de l’époque du paléolithique et du néolithique (6 130 000 ans /- 6 000 ans). Sauf qu’ils étaient en déshérence depuis 2005, victimes des receleurs et du trafic archéologique.

En bande organisée

Au milieu des années 2000, des contrôleurs des douanes françaises interceptent des individus au volant de voitures haut de gamme dans le sud de la France. “Des connaisseurs”, pointe Guy Jean-Baptiste, directeur régional des douanes de Marseille. Tous les objets étaient “traités et lavés”, raconte-t-il à l’AFP, en marge de l’événement au MuCEM.

“Cette remise témoigne de la volonté commune de nos deux pays de faire front commun contre le trafic illicite des biens culturels”

Chakib Benmoussa, ambassadeur du Maroc en France

Il a fallu trois saisies réalisées entre novembre 2005 et novembre 2006 à Marseille, Arles et Perpignan pour mettre la main sur l’ensemble du butin. “L’ensemble saisi était remarquable au niveau du volume”, a expliqué Xavier Delestre, conservateur régional de l’Archéologie à la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) de la région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur). Et d’ajouter : “Mais aussi au niveau de la typologie des objets, dont certains relevaient de la géologie ou d’autres témoignaient de l’histoire des hommes qui ont précédé l’écriture.

Entre-temps, les quinze années ont été consacrées à l’enquête sur les personnes inculpées, ainsi que les différentes procédures administratives et judiciaires nécessaires avant que les biens ne soient restitués au Maroc. “Cette remise témoigne de la volonté commune de nos deux pays de faire front commun contre le trafic illicite des biens culturels”, a souligné l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa.

à lire aussi

Les trafiquants, eux, ont écopé d’amendes pour un montant total de 120.000 euros. “Je ne peux que me réjouir du retour de cette collection au Maroc, son pays d’origine, où elle retrouvera sa place naturelle au milieu d’un patrimoine riche et précieux qui s’avère une source de découvertes inépuisables pour la communauté scientifique, comme nous l’a rappelé la découverte récente, en 2017, à Jbel Irhoud, du plus ancien Homo Sapiens”, a poursuivi l’ambassadeur, dans des propos relayés par la MAP. “Je tiens à féliciter les services de la douane française pour leur vigilance”, a-t-il ajouté.

Trafic illicite

Au fond, cette saisie et ce retour témoignent de l’ampleur du trafic des biens culturels au cours des dernières décennies. Un phénomène en vogue à l’échelle internationale, plus particulièrement au Maroc où, régulièrement, des pièces archéologiques et géologiques font l’objet d’un commerce particulièrement lucratif.

Difficile d’oublier le fameux hashtag ayant fleuri en 2017, #Bringbackourdinosaur (“Rendez-nous notre dinosaure”). Celui-ci avait fait son apparition sur les réseaux sociaux après l’annonce de la vente du squelette d’un plésiosaure, un dinosaure marin vieux de plus de 66 millions d’années, dans une vente aux enchères à l’hôtel Drouot, à Paris. Face à l’indignation, le squelette avait fini par être cédé au Maroc. 

Les météorites sont très recherchées.Crédit: Carl B. Agee/AFP

Les os avaient été découverts à Erfoud, principal terrain de jeu et surtout d’extracteurs informels qui trouvent, vendent et exportent les richesses du sol. Le site, à l’instar du sud marocain, est aussi mondialement réputé pour ses météorites. Un projet de décret, portant sur l’application de l’article de 116 de la loi n° 33-13 relative au Code minier, avait d’ailleurs été adopté au début de l’année 2019. Ce dernier précisait : “L’extraction, la collecte et la commercialisation des spécimens minéralogiques et fossiles et des météorites sont subordonnées à l’octroi d’une autorisation délivrée par l’administration, selon les modalités fixées par la voie réglementaire.

D’après nos informations, un autre projet de loi sur le patrimoine géologique était encore à l’étude, avant d’être repoussé par le coronavirus. “On en est à l’étape juridique”, notait une source proche expliquant que le ministère de l’Énergie et des Mines a fait appel à un bureau d’étude. Ce projet se veut “extrêmement original dans son approche, permettant à des indépendants de collecter des pièces pour les scientifiques, sous réserve d’un certificat délivré par les autorités”. Une façon d’accentuer la collaboration “entre scientifiques et collecteurs” et d’éviter que des pièces scientifiques ne se retrouvent vendues sur le marché parallèle.

article suivant

Brute France