Ni race ni peuple juif, pour Julien Cohen-Lacassagne

Julien Cohen-Lacassagne s’attaque aux préjugés tenaces. Ce n’est pas un peuple en errance qui a traversé les mers, mais une idée : celle du monothéisme. Il livre un texte d’histoire des religions au Maghreb, accessible à tous.

Par

C’est l’histoire d’un juif qui rencontre un autre Arabe.” Avec cette “blague dite la plus courte du monde”, Julien Cohen-Lacassagne entame son Berbères juifs, l’émergence du monothéisme en Afrique du Nord, publié cet été aux éditions La Fabrique. Mais si l’ouvrage est bref (200 pages) et se lit aisément, ce n’est pas une plaisanterie du tout.

Julien Cohen-Lacassagne
Julien Cohen-Lacassagne est professeur d’histoire-géographie au lycée international Alexandre Dumas, à Alger. Il collabore à la revue Orient XXI.Crédit: DR
Dans la lignée des recherches de l’historien Shlomo Sand, qui signe la préface, Cohen-Lacassagne nous montre ce qu’est l’histoire du Maghreb dès lors que l’on se débarrasse des idées de “race” ou de peuple juif. L’écrivain marocain Edmond Amran El Maleh nous avertissait qu’il faudrait ne considérer comme juifs que ceux qui pratiquent le judaïsme. Or, rappelle Cohen-Laccassagne,…

article suivant

Bonnes feuilles : “La face ‘cachée’ des sociétés civiles au Maghreb : un espoir pour demain ?”