Anticorruption: pourquoi l’approche standard a échoué

Chaque année, l’économie marocaine paie un lourd tribut à la corruption. Pour lutter contre ce fléau, Mushtaq Khan, professeur d’économie à l’université de Londres, propose une stratégie par type et par secteur.

Par

La corruption fait perdre au Maroc 50 milliards de dirhams par an. Crédit: TOUMI/TELQUEL

Dans son dernier rapport, l’Association marocaine de protection des fonds publics révèle que le phénomène fait perdre au Maroc 5% de son PIB, soit 50 milliards de dirhams par an.

Mushtaq Khan,professeur d’économie à l’université de Londres, directeur exécutif du programme “Anticorruption Evidence”Crédit: DR
Dans le cadre du dialogue autour de la lutte contre la corruption, la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) a organisé, le 10 septembre, une visioconférence avec Mushtaq Khan, professeur d’économie à l’université de Londres. Diplômé d’Oxford et de l’université de Cambridge, Khan y est aujourd’hui directeur exécutif du programme “Anticorruption Evidence”. Chercheur de premier plan en matière de gouvernance et de développement économique, ses recherches portent notamment sur la politique industrielle, l’économie institutionnelle, l’économie politique, ainsi que sur la lutte contre la corruption et le clientélisme.

Echec !

Mushtaq Khan
“Toute tentative…

article suivant

Prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 10 janvier 2021