Covid-19, vivre avec

Interdictions, instructions paradoxales, cafouillages, indécision… la gestion de la crise sanitaire par l’État a montré ses limites, empêchant le redémarrage du pays. Au nom d’une santé publique sacralisée, la vie en tant que citoyen et acteur économique est entravée. Or le virus est là pour longtemps… et il faudra faire avec.

Par

Telquel

Le bilan général de la gestion de la pandémie Covid-19 est — euphémisme — pour le moins inquiétant. Dans les trois volets essentiels que sont l’éducation, la santé et l’économie, les indicateurs sont au rouge et une succession de décisions injustifiées, hâtives, ont fini par dilapider le capital confiance que les autorités avaient réussi à accumuler aux premiers signes de la propagation du virus. Dès le mois de mars et avec l’application d’un confinement strict, une circonscription importante du virus avait été atteinte. Apeurée, la population, en dépit de son confinement et de l’érosion de ses revenus, avait accordé son assentiment à la gestion spartiate de la crise. Or, depuis le déconfinement du 10 juin, et l’étonnant maintien de l’Aïd El Kébir, quelque chose a semblé riper dans le…

article suivant

Puissant séisme dans l’ouest de la Turquie, des immeubles effondrés