Autorité nationale de régulation de l’électricité : des nominations et une polémique

Il n’aura fallu que quelques jours pour que la nomination des membres de l’Autorité nationale de régulation de l’électricité (ANRE) crée un tollé dans la sphère politique.

Par

Les présidents des deux chambres du Parlement sont sous le feu des critiques pour les choix de leurs nominés à l'ANRE. Crédit: DR

Née en mai 2016 et présidée depuis août 2018 par Abdellatif Bardach, l’Autorité nationale de régulation de l’électricité (ANRE) n’attendait que la publication au Bulletin officiel de la liste de ses membres. C’est chose faite depuis le 10 août. Ce nouveau “gendarme de l’électricité” est censé jouer le rôle d’arbitre entre les fournisseurs, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et les régies de distribution, et fixer les tarifs d’utilisation des réseaux de l’ONEE.

à lire aussi

L’article 25 de la loi 48-15 portant création de l’ANRE donne au chef du gouvernement la prérogative de désigner trois membres selon des critères précis : un membre est choisi en raison de ses compétences juridiques, un autre pour ses compétences financières et le dernier en raison de ses compétences dans le domaine de l’énergie. Les choix de Saâd-Eddine El Othmani sont tombés successivement sur Driss Chater, ex-bâtonnier et ancien président de l’Association des avocats du Maroc, Mohamed…

article suivant

L’Istiqlal traque les conflits d’intérêt avec une proposition de loi