De Témara à Ibn Taymiya

Par Fatym Layachi

Le temps passe, l’été avance, les hôtels rouvrent, les piscines aussi, pourtant, la légèreté n’est pas encore complètement de retour. L’insouciance non plus. Ce virus aura tout de même réussi à totalement dérégler la planète. Et ce n’est pas fini. Le nombre de contaminés augmente et certaines nouvelles sont pour le moins effrayantes. Autour de toi, on recommence un peu à paniquer. Ta mère est train de devenir totalement hypocondriaque. A chaque fois qu’elle sort, elle t’appelle pour râler, pour te dire qu’elle est persuadée d’avoir chopé un virus.  Elle serait prête à se faire tester tous les trois jours. Tu te dis qu’à force d’angoisser, elle va finir par se rendre malade. Et ce n’est pas le coronavirus qu’elle va choper, mais un ulcère. Ta tante est elle aussi dans un délire angoissant. Persuadée qu’une seconde vague arrive, elle se prépare à un reconfinement très strict. Elle en est tellement convaincue qu’elle en devient presque convaincante. Et surtout très inquiétante. Zee aussi angoisse. Elle inonde ton WhatsApp d’articles alarmants. Toi, tout ce climat anxiogène t’épuise. Mais, heureusement, tout…

article suivant

Sept points à retenir du rapport de la Cour des comptes sur la gestion des parcs nationaux