Au royaume des surpuissants lobbies industriels du médicaments

Par Réda Dalil

À mesure que la parenthèse Covid-19 s’étire, les Marocains essaient de retrouver leurs marques dans un “new normal” fragile. Confinements localisés, vigilance de toutes les heures, respect absolu des gestes barrières… la panoplie des gestes nouveaux est vaste, les maîtriser éloigne le spectre de la contamination et assure au pays un degré de contrôle optimum sur le virus. Car, il faut le dire, la gestion sanitaire du Covid-19 s’est révélée globalement correcte. Avec un taux de létalité infime et un nombre de cas ayant certes accéléré post-déconfinement, mais demeurant dans des eaux acceptables, le Maroc s’en sort plutôt bien. Or, si le ministère de la Santé n’a pas démérité pendant la pandémie, il est frustrant de relever qu’une faiblesse congénitale dans sa gouvernance pose de graves problèmes aux Marocains. À la faveur d’une étude inédite effectuée par la CNOPS, que TelQuel a pu consulter, l’on découvre une réalité sidérante : les prix de médicaments pourtant très consommés au Maroc sont deux, trois, quatre, voire six fois plus élevés que ceux…

article suivant

Massacre du troupeau de moutons de plage David : le chauffard porte plainte contre l’auteur de la vidéo