Hicham Lasri: “Mon roman est un récit violent assumé, mais pas racoleur”

Avec son troisième roman, baptisé “L’improbable fable de Lady Bobblehead”, le réalisateur, dessinateur et écrivain jette un pavé dans la mare de la littérature marocaine. Un récit complètement “barje” qui reflète, avec une grande attention portée au style, 
le malaise social de notre siècle.

Par

Pour Hicham Lasri,“l’écriture est musicale, là où le cinéma est plutôt architectural”.
 Crédit: DR

Vous ne sortirez pas du dernier roman de Hicham Lasri comme vous y êtes entré. En puisant dans l’univers de la science-fiction, des jeux vidéo et des comics, le prolifique cinéaste, écrivain et auteur de romans graphiques vient de sortir un nouveau roman, inclassable tant il détonne dans le paysage littéraire national. Après Stati© (2009) et Sainte Rita (2015), L’improbable fable de Lady Bobblehead, qui paraîtra fin juin aux éditions Rimal, retrace la quête éperdue d’un homme sans nom à qui on a dérobé son âme, dans des mondes faits de créatures cauchemardesques, de pixels et de personnages qui marchent des murs au plafond. Accompagné d’une playlist musicale, ce roman synesthésique donne à voir, entendre et sentir les tréfonds du corps humain et social.

Vous débutez votre…

article suivant

Décès à Paris de l'artiste peintre marocain Mohamed Melehi des suites du Coronavirus