Vacances, dépaysement et patriotisme

Par Fatym Layachi

Le ramadan s’est terminé. L’Aïd a été célébré avec tout ce que ce confinement a pu apporter d’étrangeté à ces moments. Il n’y a pas eu de grandes tablées de ftour. Il n’y a pas eu le bruit que fait une famille nombreuse et rassemblée. Il n’y a eu aucune embrassade. Il y a quelques moments de partage au travers d’écrans interposés. Cette période est définitivement très bizarre. Le déconfinement n’a pas encore eu lieu mais la vie “normale” commence à poindre. Un peu comme s’il y avait une sorte de volonté collective d’entamer un déconfinement progressif. Tu trouves ça pas mal comme idée. On est entrés en quarantaine avec tellement de brutalité qu’en sortir avec douceur nous fera forcément du bien. Autour de toi, tout le monde se détend à son rythme. Les librairies ont eu l’autorisation de rouvrir. Certains cafés et restaurants pourront proposer des produits à la vente à emporter. Dans ta famille, on prend quelques libertés aussi. La plupart de tes copines ont commencé à faire venir leur coiffeur ou leur manucure à domicile. Surtout, il…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés