Azeddine Ibrahimi : "Au Maroc, nous pourrions être en présence d’un virus différent"

Pour le professeur Azeddine Ibrahimi, directeur du laboratoire de biotechnologie de la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat et du projet Genoma, les recherche sur la génétique, mise au service de la pratique médicale, peuvent apporter une contribution précieuse aux luttes contre le coronavirus, et contre d'autres pathologies chroniques.

Par

Le directeur du laboratoire de biotechnologie de la faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, Azzeddine Ibrahimi

Azeddine Ibrahimi, directeur du laboratoire de biotechnologie de la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat et du centre de recherche Medical Biotechnology Lab (MedBiotech). Il est aussi la tête du projet Genoma, un programme spécialisé dans la génétique, mise au service du domaine médical. L’idée de ce programme émerge en 2012, mais c’est deux ans plus tard, avec l’acquisition du séquenceur illumina, une machine qui permet d’identifier la composition d’un génome, que le projet débute réellement. Lui et son équipe, composée d’une trentaine de jeunes doctorants, et d’enseignant-chercheurs issus de différentes disciplines scientifiques, ont analysé plusieurs milliers de génomes provenant de différents coronavirus issus du monde entier, afin de déceler quelles en sont les caractéristiques. Pour Azeddine Ibrahimi, le Maroc doit mettre l’accent sur les recherches…

article suivant

Polémique sur les vols spéciaux, un Paris-Fès en classe éco à plus de 10.000 dirhams