L’immunité de groupe, seule solution contre le virus ?

Par Réda Dalil

En un trimestre, le coronavirus, né en Chine, s’est répandu à la planète entière, infectant plus de 3,7 millions de personnes et en tuant plus de 260.000. Chaque pays, fort de ses moyens, de son écosystème propre, a tenté d’en juguler la contagiosité. Avec plus ou moins de succès. L’Occident, phare du progrès et cœur battant de la médecine moderne, a globalement échoué à combattre cet agent pathogène indéchiffrable. En Europe comme aux États-Unis, en dépit du confinement, des tests massifs et de la mise à jour des structures sanitaires, la pandémie, prise au sérieux avec retard, a essaimé de façon foudroyante. De sorte qu’en dépit de chiffres légèrement en baisse, parler de circonscription du virus à ce stade est prématuré. D’autant que les modélisations les plus fines ne parviennent guère à fixer avec précision l’affaiblissement (ou pas) du Covid-19. Toujours est-il que le déconfinement est désormais inévitable. En France, pays ayant déploré plus de 25.000 décès, celui-ci aura lieu le 11 mai ; en…

article suivant

Sans avenir, la Botola attend le feu vert des autorités