Coronavirus dans les eaux usées : l’Intérieur interdit leur utilisation avant traitement

Un courrier du ministère de l’Intérieur, adressé aux autorités locales, interdit l’utilisation des eaux usées avant qu’elles aient fait l’objet d’un traitement suite à la possible présence de traces de génomes issues des selles des personnes atteintes.

Bassin de lagunage
Station M’zar de traitement des eaux usées de l’agglomération du Grand Agadir. Crédit : SuSanA Secrétariat / Flickr

Des eaux usées comme possible source de contamination au coronavirus. Une note du ministère de l’Intérieur, signée par le wali directeur général des collectivités locales, Khalid Safir, appelle à n’utiliser aucune eau usée “si elle n’a pas été préalablement reconnue épurée et conforme à la norme”.

En raison de la propagation de Covid-19, ce dernier invite les walis, gouverneurs, préfectures et autorités de provinces à prendre “toutes les dispositions nécessaires pour interdire toute utilisation non réglementaire des eaux usées”, peut-on lire dans le document.

Risques et surveillance

Ce dernier s’appuie sur les différentes études menées à l’international ayant “démontré la possibilité de présence de traces du génome de coronavirus dans les eaux usées issues des selles des personnes atteintes”.

Les personnes infectées par le Covid-19 peuvent excréter le virus, se retrouvant ainsi dans les eaux usées avant d’arriver dans les stations d’épurations puis rejetées dans l’environnement. La présence du virus dans les eaux non potables a été découverte par la publication d’une étude hollandaise. Les chercheurs ont ainsi pu constater que plusieurs génomes du coronavirus ont été détectés, quelques jours seulement après l’apparition du patient zéro aux Pays-Bas. Pour beaucoup de scientifiques, ces dernières semaines, analyser les traces de coronavirus dans les eaux usées constitue une piste à étudier comme outil de veille et d’évolution de la pandémie.

Au Maroc, le courrier mentionne que l’utilisation de ces eaux usées “est fixée par les dispositions législatives et réglementaires en vigueur notamment la loi 36-15 sur l’eau, le décret n° 2-97-875 du 6 Chaoual 1418 (4 février 1998) relatif à l’utilisation des eaux usées et l’arrêté n° 1276-01 du 10 Chaâbane 1423 (17 octobre 2002) fixant les normes de qualité des eaux destinées à l’irrigation”.

M.M

article suivant

Reprise des cours en présentiel : le débat qui agite la rentrée scolaire