Le nihilisme, c'est quoi au fond ?

Aller aux origines du nihilisme est un passage obligé pour comprendre sa signification actuelle dans le contexte marocain. Des sophistes grecs présocratiques aux philosophes allemands du XIXe, plongée dans une notion fluctuante et énigmatique.

Par et

Le nihilisme a été de tout temps une tentation de la pensée. Celle qui prétend que rien n’existe, que les fins et les réponses manquent, que tout est vain, et qui parvient à un ennui ontologique, un “à quoi bon ?” généralisé que résume à merveille cette phrase de Gorgias, sophiste grecque contemporain de Socrate, dans son Traité sur le non être : “Il n’est, dit-il (Gorgias, ndlr), rien ; d’ailleurs si c’est, c’est inconnaissable ; si c’est et si c’est connaissable, ce n’est pas montrable à autrui”. Une pensée du néant qu’on retrouve également chez les bouddhistes qui appellent à une certaine sortie du monde pour atteindre la liberté pure, voire chez certains théologiens et philosophes chrétiens du Moyen-âge, comme chez Maitre Eckhart (1260-1328), qui affirme que “toute créature est de soi néant. Car Dieu a créé toute chose pour qu’elle fusse. Et avant toute…

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)