Ramadan, confinement et recueillement

Par Fatym Layachi

Nous en sommes là. À ce moment très spécial de l’année. Le ramadan débute. Et comme tous les ans, ça fait quelques jours qu’autour de toi, tout le monde ne parle que de bouffe et de courses à faire. Comme tous les ans, ta tante expérimente des recettes qu’elle met dans des Tupperware et qu’elle congèle soigneusement. Comme tous les ans, tu te dis que cette année, tu vas profiter de ce mois sacré pour te recentrer, pour méditer, pour être plus healthy et pour ne pas manger de sucreries. Comme tous les ans, tu sais d’avance que tu vas sacrifier tes ambitieux objectifs sur l’autel d’une chebakkia mielleuse et croquante. Comme tous les ans, tu t’en voudras et puis tu finiras par oublier. Et pourtant cette année, tout sera différent. Tu ne passeras pas ce mois en famille. Tu seras seule. Confinée. Tu ne verras pas ta mère. Tu n’iras pas chez ta tante. Tu ne passeras pas de longues soirées avec tes cousines. Tu n’exhiberas pas ta collection de gandouras…

article suivant

Zakaria Boualem, le confinement, et l’histoire du Maroc