Zakaria Boualem entre paranoïa et adaptation

Par Réda Allali

Il faut que Zakaria Boualem vous avoue quelque chose. La semaine dernière, il a failli devenir fou. Sa paranoïa avait pris le dessus, envahissant le moindre recoin de son cortex tourmenté. Soyons clairs : aucun humain sur terre ne s’est lavé les mains plus souvent que lui. Il lisait un peu partout que nous allions inonder la planète de nos masques salvateurs, mais il n’en a trouvé aucun en vente près de chez lui. Du coup, chacune de ses sorties se faisait derrière un improbable amas de tissus divers placés devant sa bouche.

“Zakaria Boualem s’est surpris à laver à la Javel un morceau de pain. C’est à ce moment-là qu’il a senti qu’il perdait pied”

Son mode d’alimentation, minimaliste, consistait à héler l’épicier depuis son balcon, à lui lancer par la fenêtre une somme d’argent placée dans un sac, à ne surtout pas demander de monnaie et à récupérer ses denrées de base dans l’ascenseur. Puis il y avait le cérémonial de la désinfection de cette livraison, long et méticuleux. Il était tellement perdu qu’il s’est surpris à laver…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés