Sauver les jobs à tout prix

Par Réda Dalil

La courbe de propagation du coronavirus sera-t-elle aplanie à temps pour permettre un déconfinement général le 20 avril ? C’est la question à 1 million de dollars. Ou plutôt à 1 million d’emplois. Une vingtaine de jours, c’est tout ce qu’il aura fallu au Covid-19 pour terrasser notre économie. Depuis l’enclenchement de l’état d’urgence sanitaire, 700.000 Marocains dans le secteur formel ont perdu leur emploi et 113.000 entreprises sont en arrêt partiel ou total d’activité. L’ampleur des dégâts a été largement sous-estimée par les pouvoirs publics. Ceux-ci avaient estimé les répercussions de la crise à 430.000 emplois perdus à fin juin. Prévision bien en deçà de la réalité. Une dégradation aussi brutale de l’économie interroge. A l’amorce de la crise, le Comité de veille économique (CVE) a décidé de soutenir les salariés mis au chômage à travers une indemnité de 2000 dirhams par mois, servie par la CNSS. Or, l’accès à l’aide suppose d’abord d’avoir été licencié. Certes, les entreprises ont l’obligation de justifier d’une baisse d’activité avant de pouvoir suspendre leurs salariés, et l’on peut comprendre qu’en ces temps…

article suivant

Chute de 75% du trafic autoroutier pour ADM