Hamid Tawfiki : “Nous en sortirons avec une meilleure version de nous-mêmes” #aprèscorona

Par Hamid Tawfiki

Le président de la Bourse de Casablanca et DG de CDG Capital a pris sa plume pour tenter de faire sens d'une pandémie qui nous embarque dans le mystérieux “unknown unknown” !

Utopia is about ideals, Dystopia is about despair, Pantopia is about experience.

Et soudain, advient une Pandémie qui fait littéralement bringuebaler notre Pantopie entre Utopie et Dystopie.

Hamid Tawfiki est président de la Bourse de Casablanca et DG de CDG capital.Crédit: www.cdgcapital.ma

Nous sommes en train de vivre, tous, sans exception, toutes couleurs du kaléidoscope, toutes cultures confondues, grands et petits, forts et faibles, riches et pauvres, des moments inédits, face à une vilaine pandémie qui s’est invitée, à l’insu de notre plein gré, dans notre tranquille Pantopie. Elle commence par nous ronger individuellement, elle finira par nous transformer collectivement.

Cette crise chamboule tout : nos habitudes, nos certitudes, nos convictions, nos croyances, nos modèles, nos vitesses, nos accélérations, nos fantasmes, et nos illusions. Elle nous éjecte de notre zone de confort, elle fait bruire «le réveil immédiat», elle nous somme d’embarquer dans une « terre inconnue », «the uncharted territories» , dans le mystérieux «unknown unknown».

Utopia is too good to be true; Dystopia is too bad to be true; and Pantopia is too true to be either good or bad.

Les occidentaux avaient appris, ces dernières années, par enchantement, la définition chinoise de la « crise ». En effet, Le mot crise en chinois est composé de deux caractères. Le premier caractère « danger » représente un homme au bord d’un précipice. Le second, souvent associé au vocabulaire des machines, signifie « opportunité / chance ».

S’agit-il d’une sagesse chinoise innée ou d’une simple accumulation d’expériences acquises depuis plusieurs siècles?

Aujourd’hui , après avoir importé la nouvelle crise, grâce (ou à cause) à (de) la nécessaire et indispensable connectivité, nous sommes en train de la vivre pleinement en espérant que cela servira à enrichir nos expériences et/ou à développer notre propre sagesse.

En effet, nous sommes maintenant en train de faire face au «danger», en actionnant nos modules de survie, en déployant une batterie d’actions défensives : distanciation sociale, mesures barrières, hygiène renforcée, confinement, discipline de fer.

Nous nous efforçons de lutter contre notre insoutenable légèreté. Nous faisons, progressivement, appel à notre « BIOS» d’humanité : solidarité et empathie, une auto-discipline pour une anti-fragilité, donner pour recevoir, se protéger pour protéger les autres, s’abandonner à vivre.

Consciemment ou inconsciemment, nous aurons à être attentifs à toutes les nouvelles idées qui pourraient naître, sur notre façon de travailler, de vivre et sur ce que nous avons vraiment envie de faire; nous aurons à tirer parti du changement rapide et forcé pour accélérer des transformations structurelles dans notre style de vie, notre travail, nos priorités, nos essentiels; nous aurons à chercher des «opportunités» qui nous feront grandir, celles qui nous permettront de sortir de la crise avec une meilleure version de nous-mêmes.

Pantopia embodies both the brilliant wonder of innocence, and the hard wisdom of experience

En attendant le jour d’après, un grand MERCI à tous ceux qui prennent des risques pour nous protéger, pour nous soigner, pour nous guider, pour nous sauver.

Je vous souhaite, je nous souhaite, je leur souhaite du courage, de la force et une bonne dose d’humanité.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ! Mais prenez quand même bien soin de vous!

article suivant

28 mars, 21h00 : 390 contaminations, 25 décès