L’An 1 de la citoyenneté

Par Réda Dalil

Est-ce un nouveau Maroc qui naît ? Un nouveau royaume se délestant de ses vieux oripeaux inégalitaires et autoritaires ? Un nouveau pays où, soudainement, le peuple n’est plus cette foule anonyme étrangère à la dignité que confère le statut de vrai citoyen. Depuis l’éclatement de la pandémie de coronavirus et les premières mesures de prévention prises par les autorités, le Marocain se sent respecté. II aura fallu un virus frappant indistinctement pauvres, riches, vieux, jeunes, valides et invalides, pour que le pays se réconcilie avec lui-même, qu’il engendre en quelques jours seulement un patriotisme forgé dans l’urgence et la solidarité.

“II aura fallu un virus frappant indistinctement pauvres, riches, vieux, jeunes, valides et invalides, pour que le pays se réconcilie avec lui-même”

Réda Dalil
L’État, sous l’impulsion de Mohammed VI, se démène depuis des semaines pour courser le corona, grappiller quelques mètres d’avance, à tout prix. Confiner, prévenir, sensibiliser, communiquer, anticiper, soigner, être prêt, tout le temps. Dès le premier cas déclaré, le mot d’ordre a été le suivant : être plus rapide que le mal. Les déconvenues de pays comme l’Italie, l’Espagne…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés