Zakaria Boualem et les Marocains, stoïques face au virus

Par Réda Allali

C’est en train de très mal tourner, les amis. La Chine a cloîtré tout le monde, l’Italie aussi, les écoles ferment, les spectacles s’annulent, les hôtels se vident, les pharmaciens s’enrichissent, les Bourses s’effondrent et, pire encore, le football se joue à huis clos. Il règne une ambiance de panique mondiale, et chaque jour vient apporter sa cargaison inévitable de nouvelles alarmantes. Et, au milieu de ce maelström planétaire, nous nous tenons debout, dignes et stoïques. Oui, c’est incontestable, nous sommes globalement sereins et c’est une belle surprise, avouons-le. C’est que le Marocain, Zakaria Boualem comme les autres, considère au plus profond de lui-même qu’il est entre les mains du Très Haut. Il traîne dans notre code génétique collectif une sorte de conviction largement partagée, celle que nous n’avons pas vraiment la main sur notre sort. Vous pouvez être islamiste ou ramadano-sceptique, prieur assidu ou simple sympathisant, vous n’échapperez pas à cet étrange sentiment, et nous pouvons le démontrer. Imaginez un peu que le match du Raja de dimanche prochain n’ait pas été frappé de huis clos, et qu’on ait…

article suivant

RAM adopte des mesures d’austérité