Le verdict sera prononcé le 17 mars

Poursuivi pour “outrage à magistrat”, le journaliste et militant Omar Radi risque un an de prison.

Par

Omar Radi à la sortie du tribunal de première instance d’Ain Sebaâ, le 12 mars 2020. Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

Le jugement devait être prononcé ce jeudi 12 mars par le tribunal de première instance d’Ain Sebaâ. Il a finalement été renvoyé au mardi 17 mars, a fait savoir le journaliste et militant Omar Radi sur son compte Twitter. “La délibération n’a pas eu lieu encore d’après le juge Doumir, président d’audience de la salle 8”, précise-t-il.

Placé le 26 décembre dernier à la prison d’Oukacha, Omar Radi avait obtenu la liberté provisoire le 31 du même mois. Le journaliste et militant est poursuivi pour “outrage à magistrat”.

à lire aussi

En cause, un tweet publié au mois d’avril 2019, dans lequel il avait émis des critiques à l’encontre du juge Lahcen Tolfi, au lendemain de la confirmation en appel des peines des détenus du Hirak du Rif.

Il risque jusqu’à un an de prison ferme et 5.000 dirhams d’amende.

article suivant

Abdelhak Khiame quitte le BCIJ : retour sur un parcours de lutte antiterroriste