CAF : la Botola se taille une place de choix dans le dernier carré continental

Le Raja et le Wydad Casablanca, mais aussi la Renaissance sportive de Berkane et le Hassania Agadir, se sont hissés dans les derniers carrés des deux compétitions africaines, les 7 et 8 mars. L’assurance d’avoir au moins un représentant national en finale continentale, si ce n’est trois.

Par

Les frères ennemis en lice pour la grande finale ? Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

On signerait chaque saison pour des week-ends football comme celui-ci. Ces 7 et 8 mars, les quatre représentants de la Botola engagés dans les compétitions continentales ont tous finalement décroché leur billet qualificatif pour les demi-finales des deux compétitions phares africaines : la Ligue des Champions et la Coupe de la Confédération de la CAF.


Le casting : le Raja et le Wydad Casablanca dans la compétition reine, mais aussi la Renaissance sportive de Berkane et le Hassania d’Agadir en C3 africaine, se sont hissés dans les derniers carrés.

De façon sereine pour les uns, davantage au forceps pour d’autres, parfois même en évitant le traquenard qui leur a été réservé par leurs adversaires, les quatre représentants du championnat sont venus confirmer la bonne forme du football national. Et inaugurer une première : jamais un pays africain n’était parvenu à placer quatre de ses équipes fanions dans les derniers carrés des compétitions.

Le Raja Casablanca déjoue le traquenard Lubumbashi

Pour le Raja Casablanca, le déplacement en République démocratique du Congo pour affronter le TP Mazembe était annoncé périlleux. Et il l’a été. Après avoir assuré l’essentiel à domicile, avec un succès 2-0, les ouailles de Jamal Sellami se sont vu promettre l’enfer à Lubumbashi sur fond d’affaire Ben Malongo.

L’attaquant des Verts, en provenance du club congolais, était au cœur d’un litige dont le dénouement aura vu, le 5 mars, entre les deux confrontations, la FIFA rendre son verdict en faveur du club présidé par le sulfureux Moïse Katumbi. Le joueur et le club casablancais doivent s’acquitter d’une compensation d’un montant de 297.000 dollars.

Finalement défaits 1-0 sur un but d’Isaac Tshibangu, les Verts accèdent tout de même au tour suivant après avoir assuré l’essentiel à domicile et glané un 2-0. Non sans contrainte, avec des scènes surréalistes qui auront vu les Verts jouer dans un stade plein à craquer, au-delà de ce que sa capacité peut supporter. Les coéquipiers de Badr Banoun ont dû escalader une porte pour accéder au carré vert et se sont tout simplement vu privés de vestiaires à la mi-temps par leurs hôtes. Des incidents ont également émaillé la fin de rencontre.

Une partie âpre en somme, où les Verts se sont contentés de défendre, et ont dû leur salut à un homme providentiel, Anas Zniti. Le portier des Aigles a dû s’interposer à huit reprises pour préserver ses buts inviolés, et s’est même rattrapé sur le penalty qu’il avait lui-même provoqué. Un tournant tant à la 68e, les joueurs du TP Mazembe avaient l’égalisation au bout du pied, mais un brillant arrêt du pied de l’ancien gardien du MAS Fès leur a permis d’accéder au tour suivant pour affronter le Zamalek. Une rencontre qui verra les deux précédents de la Coupe de la CAF s’opposer, le Raja en 2018 et le Zamalek en 2019.

Face à l’Étoile, le Wydad fait le dos rond et s’offre un match de prestige face au Al-Ahly

Scénario tout aussi compliqué pour le Wydad, mais dénouement heureux également. Défaits 1-0 face à l’Étoile du Sahel, les hommes de Garrido compostent tout de même leur place en demi, grâce à une belle partition livrée au match aller (2-0). Dominés dans le jeu également, les Rouges ont profité de la stérilité offensive de leurs adversaires pour faire le dos rond et limiter la casse. Les joueurs du Wydad auraient même pu se rassurer avant le coup de sifflet final, mais Ismaïl El Haddad voyait sa tentative échouer sur la barre, avant que Badi Aouk ne profite d’une belle situation pour ajuster sa tête.

Tendue, l’atmosphère l’était également dans les gradins. L’avant-match était d’autant plus scruté que ces derniers jours, des supporters de l’Espérance Tunis avaient proféré des menaces de mort aux supporters des Rouges en déplacement en Tunisie. Une rancœur qui remonte à la précédente finale de l’édition, en mai dernier, mais qui n’aura finalement vu aucun incident. Au contraire, les supporters en déplacement en ont profité pour déployer un tifo dans un stade chauffé à blanc. Le Wydad Casablanca affrontera, au tour suivant, les Égyptiens d’Al-Ahly.

Le Maroc devient ainsi la huitième équipe continentale à aligner deux de ses représentants dans le dernier carré de la compétition phare africaine. Les deux clubs casablancais auront la particularité d’affronter leurs homologues cairotes, dans deux chocs fortement attendus.

La Ligue des Champions 2020 sera marocaine ou égyptienne, en somme. Longtemps cantonnés à regarder de loin les joutes africaines, le Raja et le Wydad jouent désormais les premiers rôles sur la scène continentale depuis quelques années.

De quoi confirmer une saison marquée par une visibilité nouvelle pour les frères ennemis, tant la confrontation entre les deux clubs de Casablanca en Coupe arabe Mohammed VI, avait déposé un miroir au milieu du football national, dont les reflets, tant dans les gradins que sur le carré vert, avaient été appréciés et salués.

Le Hassania Agadir et la Renaissance sportive Berkane, pour une place en finale

Le Hassania d’Agadir, lui, a vécu un dimanche bien plus tranquille. Fort de leur succès à l’aller, sur un score sans appel de 5-0, les Soussis se sont à nouveau défaits des Libyens d’Al-Nasr, sur un score de 2-0. Une victoire construite en deuxième période grâce à un penalty transformé par Karim El Berkaoui, et un but dans le temps additionnel de Reda Atassi.

Une victoire qui permet aux Soussis de retrouver en demi-finale… la Renaissance sportive de Berkane. Un peu plus tard dans la soirée, ce 8 mars, les joueurs de l’Oriental se sont imposés à domicile, sur le plus petit des écarts (1-0), face aux Égyptiens d’El Masry (2-2 à l’aller).

Un but en première mi-temps de Larbi Narji a offert aux Berkanais la possibilité d’accéder au tour suivant, eux qui étaient malheureux finalistes de l’édition précédente perdue face au Zamalek (1-0 ; 0-1 ; défaits aux tirs au but 5-3).

De quoi offrir l’assurance qu’au moins un représentant sur les quatre Marocains disputera une finale continentale cette saison.

article suivant

3 juillet, 18h : 319 nouveaux cas en 24 heures, 13.288 au total