La vie en vase clos

Par Fatym Layachi

Jeudi, 14h45. C’est souvent l’heure à laquelle Zee, en pleine digestion, préfère envisager sa soirée que de faire semblant de bosser. C’est donc souvent l’heure à laquelle tu es obligée de mettre ton téléphone sur silencieux pour ne pas attirer tous les regards de l’open space à cause des notifications WhatsApp. Et comme souvent, Zee a très envie d’aller dîner dehors, peut-être de passer à cet event dans cette boutique de meubles ou au moins d’aller juste boire un verre. Toi, ce dont tu es sûre, c’est que tu n’as aucune envie d’aller à ce fameux event dont tu entends parler depuis trois semaines. Ta passion pour les tissus d’ameublement est relative et limitée. Zee insiste. Tu sens qu’en fait, elle aussi s’en fout un peu du design, mais qu’elle a juste très envie de sortir ce soir. Tu pourrais lui proposer d’aller bouffer une crêpe au sucre, elle dirait oui si tu lui disais qu’il y aura du Chablis servi à intervalles réguliers. Vous arrivez donc facilement à vous mettre d’accord. Elle passe te prendre à 18h45. “On le…

article suivant

Le doctorat fait-il encore rêver ? Regards croisés entre le Maroc et la France