Six milliards de dirhams pour faire d’Agadir un nouveau pôle économique

Mohammed VI a lancé, le 4 février 2020, un programme de développement urbain pour faire d’Agadir un pôle économique attractif. Budget : 6 milliards de dirhams.

Par

Le programme de développement urbain d’Agadir (2020-2024) s'inscrit dans la continuité du discours royal prononcé à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte. Crédit: MAP

Mohammed VI a présidé, mardi 4 février, la cérémonie de lancement du programme de développement urbain d’Agadir (2020-2024), un projet structurant qui amorce une nouvelle étape dans la promotion du rôle de la ville en tant que pôle économique intégré et locomotive de toute la région.

Mobilisant des investissements de l’ordre de 6 milliards de dirhams, le programme de développement urbain d’Agadir vise la consécration du positionnement de la ville et le renforcement de son attractivité en tant que destination touristique nationale et internationale, l’amélioration des indices de développement humain, la promotion des conditions de vie des populations, notamment des habitants des quartiers sous-équipés, le renforcement des infrastructures de base et la consolidation du réseau routier de la ville pour une meilleure mobilité.

Atouts économiques

Au début de cette cérémonie, le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit a présenté le cadre général de ce programme élaboré conformément aux orientations royales contenues dans le discours du roi à l’occasion du 44e anniversaire de la Marche verte. Une prise de parole où Mohammed VI avait appelé au renforcement des infrastructures de base de la région Souss-Massa et de son réseau routier, à l’établissement d’une liaison ferroviaire Marrakech-Agadir et à la consolidation de la position stratégique de la région.

Mettant l’accent sur les atouts économiques dont regorge la région, Abdelouafi Laftit a indiqué que ses énormes potentialités la prédisposent à s’ériger en véritable pôle économique, attractif et compétitif, capable de relever le défi de la régionalisation avancée et de conforter son rayonnement national et continental.

à lire aussi

Le ministre de l’Intérieur a indiqué que la région de Souss-Massa connaît actuellement la réalisation de plusieurs projets structurants, notamment ceux inscrits dans le cadre du Programme régional de réduction des disparités territoriales et sociales, du Plan d’accélération industrielle, ainsi que ceux des secteurs agricole, touristique et de l’économie sociale et solidaire.

La mise en œuvre de ce programme se fera conformément aux mécanismes de bonne gouvernance, afin d’assurer un suivi rigoureux et transparent des projets programmés, en respectant les délais et les objectifs fixés, a poursuivi Abdelouafi Laftit.

Le ministre de l’Intérieur a affirmé qu’un projet de contrat-programme de développement régional entre l’État et la région Souss-Massa était en phase d’élaboration selon une approche participative, notant que la priorité serait donnée aux projets de développement régionaux qui favorisent le développement durable, la diversification et le renforcement de l’économie, ainsi que l’amélioration de l’attractivité des espaces territoriaux.

Six axes pour dynamiser Agadir

Le premier axe a trait, selon Ahmed Hajji, wali de la région Souss-Massa, à la réalisation de la première ligne du bus à haut niveau de service de la ville d’Agadir sur un linéaire de 15,5 km, reliant le port d’Agadir au quartier de Tikiouine et aux zones industrielles avoisinantes, et desservant le quartier administratif de la ville, l’avenue Hassan II, Souk El Had, l’avenue Hassan Ier, le complexe universitaire Ibn Zohr et la zone industrielle de Tassila.

Le deuxième axe de ce programme, relatif au renforcement des infrastructures et au décongestionnement de la ville, porte notamment sur la réalisation de la première tranche de la voie de contournement nord-est, d’une longueur de près de 25 km et reliant l’aéroport d’Agadir Al-Massira au port commercial de la ville, l’aménagement d’ouvrages d’art et des nouvelles entrées de la ville à partir de cette future voie, et l’élargissement et la réhabilitation de la voie expresse, a poursuivi Ahmed Hajji.

Le troisième axe vise l’aménagement urbain de la zone touristique d’Agadir et le renforcement de son attractivité à travers la réalisation de plusieurs projets, notamment la réhabilitation de la corniche, la réalisation d’équipements publics (bureau d’information touristique, musée Timitar), la liaison transversale de la ville avec la zone côtière, le renforcement de la voirie et du réseau d’éclairage, le réaménagement des espaces verts de la zone, la réhabilitation du parc La Vallée des Oiseaux, la rénovation du mobilier urbain et la création de circuits touristiques thématiques (commercial, ludique, culturel et sportif), a-t-il fait observer.

Quant au quatrième axe, il concerne la préservation de l’environnement et l’aménagement des espaces verts de la ville. Il s’agit, selon Ahmed Hajji, de la création du parc de Tikiouine (28 hectares) et du parc Al Inbiâat (25 hectares), la restructuration et la mise à niveau du parc Ibn Zaidoun et du jardin d’Olhaou, la réhabilitation de plusieurs jardins et places publiques, et la modernisation du mobilier urbain.

Le wali de la région Souss-Massa a, à ce titre, assuré que les espaces verts de la ville d’Agadir ainsi que les terrains de golf seront arrosés avec des eaux usées traitées, et ce, conformément aux orientations royales concernant la valorisation des eaux usées et la préservation des ressources hydriques, rappelant que la capacité de production de la station de traitement des eaux usées était de 11 millions de m3.

Le cinquième axe comporte trois volets ayant trait respectivement à la promotion de la chose religieuse, la protection et la valorisation du patrimoine de la ville, et la promotion culturelle, a indiqué Ahmed Hajji.

Le sixième et dernier axe du programme de développement urbain d’Agadir porte sur le renforcement des équipements sociaux de base et vise le parachèvement de la mise à niveau des quartiers sous-équipés, l’accompagnement du développement démographique et urbain de la ville et l’amélioration du cadre de vie des citoyens, a-t-il ajouté, notant que plusieurs actions sont prévues au titre de cet axe et concernent les secteurs de la jeunesse et des sports, de la santé, de l’enseignement et des activités économiques et de commerce de proximité.

Mohammed VI a ensuite présidé la signature de la convention-cadre relative au programme de développement urbain de la ville d’Agadir (2020-2024). Pour assurer plein succès à ce programme et son exécution dans les délais impartis, deux sociétés de développement local, Agadir Souss-Massa aménagement et Grand Agadir de transport et de mobilité urbaine, superviseront la réalisation des différents projets prévus, a-t-il conclu.

(avec MAP)

article suivant

3 juillet, 18h : 319 nouveaux cas en 24 heures, 13.288 au total