Al Adl wal Ihssan appelle à une mobilisation des élites

Al Adl wal Ihssan se joint aux organisations refusant catégoriquement le “deal du siècle”. À l’instar d’autres partis, la Jamaâ qualifie cette proposition de “complot” et appelle à une mobilisation des élites pour mettre la pression sur les États.

Par

Le cercle politique d'Al Adl Wal Ihssane. Crédit: Jamaa

La Palestine n’est pas une affaire qui concerne uniquement les Palestiniens. C’est un dossier qui doit impliquer tous les Arabes, musulmans et chrétiens, ainsi que toutes les voix libres dans le monde.” Omar Ihrachan, membre du secrétariat général du cercle politique du mouvement Al Adl wal Ihssan, appelle à “une action commune pour faire face au complot contre la Palestine et manifester le rejet de cette proposition qui ne sera pas meilleure que les précédentes”.

“Agenda sioniste”

Omar Ihrachan n’a pas hésité à attaquer le président Donald Trump sur le site officiel de la Jamaâ, l’accusant d’être “au service de l’agenda sioniste, instrumentalisant ce dossier pour atténuer la pression qu’il subit en s’inclinant aux conditions imposées par les forces de l’occupation”.

à lire aussi

Le dirigeant de ce mouvement « toléré, mais non reconnu par l’État » selon la formule consacrée, plaide en faveur d’une mobilisation sociétale en soutien à la cause palestinienne, accusant “des régimes autoritaires qui ont instrumentalisé ce dossier pour améliorer leur positionnement”.

Manifeste mondial

L’une des mesures urgentes, selon lui, est “la publication d’un manifeste mondial, signé par des intellectuels, des politiciens et des élites connues pour leur intégrité et leur implication dans la défense des questions humanitaires”.

L’idée est d’exprimer le rejet de ce deal, qui illustre “un parti pris en faveur des positions sionistes”. Il a également proposé de prévoir une “journée mondiale de mobilisation pour mettre la pression sur les États et organisations, en vue de lancer d’autres initiatives, plus sérieuses, garantissant les droits des Palestiniens”.

article suivant

Mauvaise gestion à la CAF : le contexte d’une fuite (1/5)