Zakaria Boualem, la Botola et le conflit d'intérêt

Par Réda Allali

  Vous le savez déjà, le Boualem suit avec la plus grande attention notre Botola. Oui, il se passionne pour ces joutes douteuses, mal filmées, au niveau incertain. À ceux qui ricanent de l’autre côté de la page, je voudrais rappeler qu’il existe des gens très honorables qui commentent avec le plus grand sérieux notre vie politique. En toute objectivité, c’est un exercice encore plus absurde, si ce n’est dangereux. Si Zakaria Boualem aime notre championnat, c’est qu’il regorge de situations burlesques, et il va sans plus attendre vous décrire celle qui nous intéresse aujourd’hui. Figurez-vous, les amis, que nous avons un président de fédération qui, après avoir passé une dizaine d’années à la tête du club de Berkane, vient enfin de passer la main. Et nous avons un président de ligue professionnelle de football qui occupe également le poste de président du WAC. Par un fait du hasard, ces deux clubs occupent actuellement les deux premières places de notre championnat. Par un autre fait du hasard, il se trouve que de spectaculaires erreurs d’arbitrage accompagnent à chaque match la…

article suivant

Oxmo Puccino : "Chaque lutte a sa chanson, son hymne"