Thomas Piketty : "L'inégalité dans l'héritage constitue un frein au développement"

Inégalité dans l’héritage, éducation, service public... trois questions à l’économiste Thomas Piketty.

Par

L'économiste français Thomas Piketty tenait une conférence le 23 janvier à Rabat. Crédit: DR

De passage au Maroc pour une conférence, organisée jeudi 23 janvier à Rabat à l’initiative de la Fondation Abderrahim Bouabid, l’économiste français Thomas Piketty livre sa vision de la lutte contre les inégalités. Interview.

Au Maroc, les hommes et les femmes sont inégaux devant l’héritage en vertu d’une loi islamique, est-ce un frein pour le développement du pays?

Oui, ce type de discrimination légale contre les femmes non seulement ne se justifie pas, mais constitue un frein au développement. Ce que montre l’histoire du développement c’est que l’égalité dans l’éducation et l’accès à la propriété pour les hommes, les femmes et dans l’ensemble de la société sont nécessaires. Maintenir ce système me semble négatif pour le Maroc.

à lire aussi

Les inégalités se construisent à l’école. Le Maroc souffre d’un système éducatif à deux vitesses, avec des écoles publiques défaillantes et des écoles privées de plus en plus chères. Comment remédier à ce problème?

Je travaille sur l’histoire des sociétés et des différents régimes d’égalité. Historiquement, c’est la marche en avant…

article suivant

“Notre marche est la lecture”, Abdelkader Retnani, président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc