Inégalités des chances

Par Réda Dalil

Oxfam a encore frappé. Dans son dernier rapport, ce groupement de vingt ONG agissant contre “les injustices et la pauvreté” remue le couteau dans la plaie en rappelant que le Maroc demeure le pays le plus inégalitaire d’Afrique du Nord. L’année dernière déjà, l’organisation avait marqué les esprits en estimant qu’il fallait toucher 154 ans de SMIG pour accumuler ce qu’un seul milliardaire empoche en une année. Si au niveau mondial les inégalités n’ont fait que s’accroître en raison d’une forte concentration des richesses entre les mains d’une minorité, au Maroc, le mal est encore plus pernicieux. Chez nous, ce qu’on appelle “ascenseur social” est à l’arrêt. De fait, statistique horrifiante, le Marocain est totalement déterminé par sa classe sociale d’origine. Si vous venez d’un milieu ouvrier, vous n’avez que 6,3% de chances de décrocher un poste de cadre moyen à l’âge adulte. Pire, le fils d’un paysan n’a qu’une chance sur 30 d’accéder à un emploi d’encadrement intermédiaire. En définitive, si vous êtes né pauvre, vous resterez pauvre. Les raisons de ce déterminisme social sont multidimensionnelles, mais toutes pointent…

article suivant

Oxmo Puccino : "Chaque lutte a sa chanson, son hymne"