Zakaria Boualem et les locataires irrespectueux

Par Réda Allali

  Il ne vous aura pas échappé, les amis, que ce début de décennie a été marqué par un nouveau tournant démocratique plutôt spectaculaire. Le mois dernier, et en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, les dirigeants du MarocModernesarl ont emprisonné avec célérité un dangereux gang de jeunes Marocains qui avaient cru bon de partager leurs états d’âme sur les réseaux sociaux sans se soucier de la sacralité des institutions visées. Nous avons donc désormais des lycéens, des rappeurs, des Youtubeurs, tous derrière les barreaux, pour des peines de prison lourdes et fermes. Entre deux communiqués réaffirmant son attachement indéfectible aux valeurs de la démocratie et son engagement profond en faveur de la liberté d’expression, le MarocModernesarl a décidé de décompresser un peu et s’est lâché sur les jeunes internautes, ces insolents qui ne connaissent pas leurs limites.

“Quand on n’est pas chez soi, on s’abstient de critiquer tout et n’importe quoi, on reste réservé, on pèse ses mots, on cache ses pensées pour ne pas vexer les propriétaires”

Réda Allali
Il faut admettre qu’ils ont un peu exagéré, les…

article suivant

Pour Abdelilah Benkirane, l'absence de référentiel islamiste a mis la gauche "à genoux"