Bon an, mal an

Par Fatym Layachi

Tu finis par en voir le bout. L’année se termine enfin. Tu ne souhaites rien de particulier pour celle qui vient. A quoi bon de toute façon ? C’est tous les ans pareil. A chaque fin d’année, tu fais des vœux, six mois plus tard il ne s’est bien évidemment rien passé de formidable, et puis surtout, six mois plus tard tu ne sais même plus ce que tu espérais. Tu vas aussi arrêter de prendre des résolutions. Ça non plus, ça ne sert à rien. Tu as décidé d’arrêter de commencer à arrêter. Bien sûr tu aimerais être comme toutes ces bloggeuses à la vie aussi éclatante que leur jus de légumes et poster en story ta gratitude et tes accomplissements de l’année qui s’achève. Mais en vrai tu n’as aucune idée de ce que tu as gagné en 2019.

Comme tous les ans, les glaciers fondent, les Français sont en grève et Messi est Ballon d’or.

En revanche, tu as perdu une pochette en veau glacé marron, plusieurs tubes de rouge à lèvres, une veste en cuir bleu, deux paréos,…

article suivant

Cancer : les enfants de moins de cinq ans seront pris en charge gratuitement