Le "skimming", une fraude à la carte bancaire en pleine expansion

Face à la multiplication des fraudes à la carte bancaire sur les guichets automatiques, la DGSN et la direction de la supervision bancaire invitent les agences à la plus grande vigilance. Une pratique sort notamment du lot : le “skimming”.

Par

Les cas de fraudes commencent à devenir monnaie courante. Une note datée du 23 décembre et émanant de la direction de la supervision bancaire alerte sur la recrudescence d’arnaques aux distributeurs de billets.

Marrakech pour cible

Le document a été adressé à toutes les agences du pays, après que les services de police de Marrakech ont intercepté, les 13 et 15 décembre, un lot de dispositifs dits “skimming” (écrémage), posés sur différents guichets automatiques (GAB) de certaines agences bancaires.

Le “skimming” est une technique qui consiste à dupliquer les données bancaires stockées sur la bande magnétique de la carte, et parfois même le code secret à quatre chiffres, grâce à une caméra ou un clavier numérique détourné.

Les mis en cause visaient le piratage des données monétiques des utilisateurs des GAB ciblés, dans la perspective de les encoder dans des cartes à pistes magnétiques vierges, et de s’en servir pour effectuer des retraits frauduleux. Une fois la carte clonée, le pirate peut l’utiliser ou la revendre.

Comment ça marche ?

Les dispositifs en question, détectés par les services de police, sont composés d’un lecteur de pistes magnétiques qui est fixé dans la fente d’introduction des cartes de crédit au niveau des GAB. Cela permet, une fois la carte introduite, de “capturer les données codifiées dans la piste magnétique des cartes de crédit”, mentionne la note diffusée. Des caméras miniatures fixées “sous une réplique en plastique de la base de sortie des tickets distribués par le GAB pour les différentes opérations effectuées” ont également été retrouvées, servant à enregistrer les codes confidentiels tapés par les utilisateurs.

Des fraudes auxquelles la DGSN semble prêter une grande attention. Il a ainsi été demandé aux agences bancaires “d’informer immédiatement le service de police le plus proche”, en cas d’identification d’opérations de ce type.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Élection des membres de la Chambre des Conseillers : le dépôt des candidatures du 24 au 27 septembre