Bonnes feuilles: l'épopée abstraite de Melehi

De Rome à New York en passant par Casablanca, le peintre 
Mohamed Melehi traverse depuis plus de soixante ans les continents et les univers picturaux. Sa vie et son œuvre font l’objet d’une importante monographie, signée par le conservateur Michel Gauthier et parue aux éditions Skira.

Par

Voilà plus de 
60 ans que l'art 
de Melehi, qui 
fait partie des fondateurs de l'Ecole de Casablanca, 
se déploie. Crédit: YASSINE TOUMI

Mohamed Melehi est aujourd’hui l’un des derniers acteurs et mémoires vivantes d’une époque charnière où l’art moderne s’est déployé au Maroc. Après avoir fait ses armes à Rome et aiguisé son regard et son trait à New York, l’artiste a décidé de rentrer au bercail pour articuler — avec Farid Belkahia, Mohamed Chabâa et tant d’autres jeunes artistes engagés — une certaine idée de la modernité dans l’art, décoloniale et hors des sentiers battus.

Signée Michel Gauthier, cette monographie donne une vue d’ensemble de l’œuvre de Mohamed Melehi.Crédit: DR
Cette bande a réussi à transformer l’École des Beaux-Arts de Casablanca en laboratoire de création, mais aussi à mener des actions coup-de-poing (à l’instar de l’exposition manifeste de 1969 à Jamaâ El Fna, ou de…

article suivant

Efficacité des vaccins Covid-19 : la bataille des chiffres