Le Maroc encore à la traîne sur le développement humain

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a publié son rapport annuel sur le développement humain le 9 décembre. Avec un IDH de 0,676, le Maroc reste en bout de file.

Par

Aicpress

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a publié lundi 9 décembre le rapport 2019 sur le développement humain dans lequel figure l’Indice de développement humain (IDH) de cette année. Classé à la 121e position sur 189 pays, le Maroc n’a gravi que deux places par rapport à l’année dernière. Le constat est sans appel : un développement humain encore faible et des inégalités qui restent criantes.

à lire aussi

Stagnation

Avec un IDH de 0,676, le Maroc figure parmi les pays au “développement humain moyen”. Rien de nouveau donc, car le royaume a connu une stagnation en la matière ces trois dernières années. En 2017, il figurait déjà à la 121e place (avec un IDH de 0,675), et était descendu en 123e position en 2018.

Cet indicateur se base sur plusieurs critères, dont l’espérance de vie, l’accès à l’éducation et le revenu par habitant, pour évaluer le niveau de développement des pays en tenant compte du facteur humain. L’idée étant de bien distinguer d’une part le développement économique d’un pays, en termes de richesse accumulée, et d’autre part le bien-être de sa population. En clair, un pays riche n’implique pas nécessairement un développement humain fort, et peut être marqué par de fortes disparités sociales.

Inégalités persistantes

Selon le rapport, sur la période 2010-2017, 40 % des plus pauvres ne possédaient que 17,4 % de la richesse, tandis que 10 % des plus riches détenaient 31,9 % de la richesse du pays. Le rapport note d’ailleurs que les inégalités en termes de richesse au Maroc ont stagné sur la période de 1995 à 2015.

Des inégalités qui se manifestent également entre les hommes et les femmes. Si l’espérance de vie des femmes (77,7 ans) est supérieure à celle des hommes (75,2 ans), un écart s’observe entre l’IDH des femmes (0,603) et celui des hommes (0,724). Cet écart se ressent principalement au niveau des revenus. Le revenu national brut par tête pour les femmes est de 3012 dollars (28977 dirhams) contre 12 019 dollars (115630 dirhams) pour les hommes. L’indice d’inégalité de genre d’une valeur de 0,492 illustre cette disparité. A titre d’exemple, seuls 18,4 % des sièges au Parlement sont détenus par des femmes.

En bas de liste

Le rapport 2019 indique que le Maroc se situe juste derrière l’Irak (120e place) et la Palestine (119e place), et bien loin derrière l’Algérie qui se place en 82e position. Le Bangladesh (135e place) et le Pakistan (152e place) figurent également dans le groupe des pays “moyennement développés” sur le plan humain.

Alors que la durée moyenne de scolarisation au Maroc est de 5,5 ans, elle est de 9,1 années en Palestine et de 7,7 années en Turquie.

Concernant l’espérance de vie au Maroc, elle est de 76,5 ans. Sur ce critère, le Maroc se positionne devant l’Arabie Saoudite (75 ans) qui est située à la 36e position en matière d’IDH et fait partie des pays très développés.

Le revenu national brut par habitant au Maroc est de 7 480 dollars (71962 dirhams) en parité de pouvoir d’achat. En Irak, ce revenu s’élève à 15 365 dollars (147820 dirhams) et en Algérie à 13 639 dollars (131 215 dirhams).

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

MHE : “Nous exporterons bientôt les masques marocains vers l’Europe”