Zakaria Boualem et la remontada contre l'analphabétisme

Par Réda Allali

  Zakaria Boualem a essayé d’éviter le sujet, mais c’est un exercice presque impossible. Tous les réseaux sociaux sont envahis par cette phrase affreusement vexante: “La Banque Mondiale estime qu’il faut un miracle éducatif pour sortir le Maroc de cette situation”. Il connaissait les miracles footballistiques, le bougre, mais il a bien du mal à imaginer à quoi peut bien ressembler un miracle éducatif. Il lui faut visualiser cet exploit pour mesurer l’ampleur de la tâche qui nous incombe. Une remontada contre l’analphabétisme, spectaculaire et inespérée, voilà ce dont nous avons besoin, selon la Banque Mondiale. Car oui, malgré les commissions penchées, les think tanks en pagaille, les milliards alloués et les plans d’urgence éternels, nous sommes toujours dans une situation catastrophique. Les Marocains refusent de s’alphabétiser, il n’y a pas d’autre explication. Une sorte de mauvaise volonté sourde et persistante qui les pousse à se complaire dans les ténèbres des classements mondiaux depuis des générations, voilà la seule explication logique à ce désastre national. La Banque Mondiale explique que 64% des élèves de moins de 10 ans sont dans…

article suivant

Au Maroc, Pompeo rencontre El Othmani et Hammouchi