Visas, cette hogra européenne

Par Réda Dalil

Des Marocains privés de voir leur famille dans le Vieux continent, d’autres condamnés à une attente de plusieurs mois, soumis à une épreuve procédurière aussi humiliante qu’interminable. Tout cela pour un sésame : le visa Schengen. Depuis la sous-traitance des services consulaires aux prestataires privés que sont TLS pour la France et BLS pour l’Espagne, les aspirants à un voyage dans ces deux pays vivent un calvaire. Le blocage persiste malgré les promesses du ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves le Drian, et celles de son homologue espagnol, Josep Borrell. Depuis la visite au Maroc des deux chefs de la diplomatie française et espagnole en juin dernier, les délais n’ont fait que se rallonger et, avec eux, les frustrations de centaines de milliers de Marocains. Du côté des chancelleries, l’argument massue est celui du volume de demandes. Plus la classe moyenne marocaine s’élargit plus le désir de voyager croît, ce qui soumettrait les services consulaires à une pression sans précédent. Pourtant, les moyens financiers existent et notre dossier de la semaine le démontre. Pour la France en tout cas,…

article suivant

Au Maroc, Pompeo rencontre El Othmani et Hammouchi