Classement PISA : le Maroc parmi les derniers de la classe

L’enquête menée par l’OCDE en 2018 sur les performances des systèmes éducatifs des pays vient de rendre sa copie et accable le Maroc, classé parmi les derniers.

Par

La Maroc a été classé 75e sur les 79 pays de l'enquête PISA menée par l'OCDE. Crédit: Abdelhak Senna/AFP

Tous les trois ans, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) mène une série d’études visant à mesurer les performances des systèmes éducatifs des 36 pays membres de l’OCDE ainsi que de nombreux pays partenaires. Intitulé Programme international pour le suivi des acquis des élèves, et plus connu sous l’acronyme PISA (Programme for International Student Assessment), ce classement découle d’une vaste enquête auprès de jeunes de 15 ans dans les différents pays. La dernière enquête a été menée courant 2018 et a livré ses résultats le 3 décembre 2019.

Peut mieux faire

C’est la première fois que le classement PISA se penche sur le Maroc, mais la région MENA y est bien représentée : Qatar, Liban, Arabie Saoudite, Jordanie, Emirats arabes unis.

Au Maroc, l’enquête a porté sur les capacités de 6814 élèves de 179 institutions du secondaire en compréhension de l’écrit, en mathématiques et en sciences. Résultat : classé 75e sur une liste de 79 pays, le Maroc fait office de cancre des pays de la région MENA. En queue du classement, le plus beau pays du monde dépasse de peu les Philippines, la République dominicaine, le Liban et le Kosovo.

D’après l’enquête, la frange d’élèves peu performants dans les trois domaines s’élève à 60 %.

En lecture, la moyenne nationale marocaine est de 359 points, loin derrière la moyenne internationale de 487 points. En mathématiques et en sciences, les résultats demeurent peu édifiants, avec 368 points en mathématiques et 377 points en sciences (contre une moyenne internationale de 489 points).

Contacté par TelQuel, le ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saaïd Amzazi, n’a pas donné suite à nos sollicitations.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

10 août : 18 morts et 826 nouveaux cas en 24 heures