Protégeons nos derniers remparts

Par Réda Dalil

Au bout du suspense, un gouvernement plutôt décevant. Attendu sur le front du “sang neuf” et d’une technocratie rajeunie, le nouvel Exécutif ne compte, en définitive, que six nouveaux visages, avec une seule vraie surprise, la nomination de Nadia Fettah, ex-Saham Finances, au Tourisme. Si la compression du nombre de départements est une bonne nouvelle, ce gouvernement, peuplé de profils trop familiers des Marocains, n’a rien d’inédit. Ne nous y attardons pas plus que de mesure car il y a plus grave. Deux instances constitutionnelles ayant pour mission le contrôle de l’argent public et la régulation de la concurrence sont aujourd’hui prises pour cibles. Tout commence avec la publication du rapport annuel de la Cour des comptes le 12 septembre. L’évaluation qui y est faite du Plan Maroc Vert (venant après celle du ministère des Finances), de l’ONSSA et du Plan Halieutis pointe de nombreux dysfonctionnements. A la tête du ministère de l’Agriculture depuis 2007, Aziz Akhannouch a manifestement peu goûté les remarques du Conseil. En riposte, son parti, le RNI, diffuse un communiqué conseillant à la Cour de…

article suivant

Absences, blessures, faux bond et polémique avant les amicaux des Lions