Rations de riz, annulaire encré et tubes pro-Sissi : le referendum made in Egypte

Quelque 61 millions d'Egyptiens étaient appelés à se prononcer sur des amendements de la Constitution permettant à Abdel Fattah al-Sissi de présider le pays jusqu’en 2030 et donnant plus de pouvoirs à l’Exécutif.

Par

Lors des présidentielles, Al Sissi avait remporté 97% des voix, face à un adversaire unique, Moussa Mostafa Moussa, totalement inconnu du grand public. DR Crédit: CHIRINE ABDALLAH

Les rues sont couvertes d’affiches invitant les Égyptiens à voter lors du référendum et à voter oui”, raconte Timothy Kaldas, membre non-résident du Tahrir Institute for Middle East Policy (TIMEP), une ONG dédiée à la sensibilisation aux transitions démocratiques au Moyen-Orient.

Lundi 22 avril, 21 heures, les 10.000 bureaux de vote d’Égypte ont fermé leurs portes, dans un vacarme festif. “Des bus et des camionnettes circulent au Caire avec des jeunes qui agitent des drapeaux et des haut-parleurs qui entonnent des chansons pro-Sissi”, poursuit Timothy Kaldas depuis la capitale égyptienne. Voter “oui” à la révision de la Constitution de 2014, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels, c’est permettre de faire passer le deuxième mandat de Sissi de quatre à six ans, portant son terme à 2024. Le chef de l’État pourrait ensuite se représenter en 2024 pour un troisième mandat,…

article suivant

Bank Al-Maghrib adopte de nouvelles mesures en faveur de l’accès au crédit bancaire