Vent debout contre Bouteflika

Depuis l’officialisation de sa candidature à un cinquième mandat, un vent de révolte souffle sur l’Algérie. Les manifestations aux quatre coins du pays impressionnent 
par leur caractère inédit, leur ampleur nationale et leurs 
slogans de rupture qui ciblent directement le chef de l’Etat.

Par

Le 22 février, des milliers d'Algériens sont sortis manifester contre la candidature 
de Abdelaziz Bouteflika, arrivé au pouvoir en 1999. Crédit: RYAD KRAMDI / AFP

En Algérie, la tension monte. Le 26 février, les universités algériennes ont été à leur tour le théâtre d’importantes manifestations contre un cinquième mandat du président sortant, Abdelaziz Bouteflika. Après les avocats la veille, c’était au tour des étudiants de manifester massivement leur ras-le-bol contre le régime de Bouteflika, suite à un appel diffusé sur les réseaux sociaux. “Algérie libre”, “Non au cinquième mandat”, “Bouteflika dégage !”, scandaient les manifestants, réunis dans les universités, sourds aux appels du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, les exhortant à s’exprimer dans les urnes lors des élections présidentielles prévues le 18 avril. Pas de quoi atténuer le vent de révolte qui cible directement le président octogénaire, victime d’un AVC en 2013, et qui s’est rendu le 24 février à Genève pour un “court séjour”, afin d’y “effectuer ses contrôles médicaux périodiques”. Ce qui ne l’empêche pas…

article suivant

Aradei Capital, première introduction en Bourse de l’ère Covid