Les rois du pétrole

Par Réda Dalil

Le valeureux Driss Guerraoui, président du Conseil de la concurrence, a tenu bon. En dépit de la pression populaire, et celle du ministre des Affaires générales, Lahcen Daoudi, il a statué contre le plafonnement des marges que dégagent les distributeurs d’hydrocarbures. Depuis qu’une commission parlementaire a prouvé que les pétroliers ont profité de la suppression des subventions publiques pour doper leurs gains, le gouvernement songe à tous les moyens possibles pour limiter la profitabilité d’un secteur affectant tous les pans de l’économie. Le gouvernement a certes le pouvoir de contenir les marges des mastodontes qui dominent ce créneau et qui, selon le Conseil de la concurrence, jouissent de positions oligopolistiques, voire monopolistiques. Mais de la même manière que ce même Conseil a rejeté la possibilité d’une régulation des marges par l’Etat, le gouvernement non plus ne franchira guère le pas. Les gesticulations de Daoudi ne sont qu’une posture factice destinée à faire croire aux électeurs que le pouvoir politique est capable de corriger les déviances du marché. Balivernes ! Le marché est roi, Guerraoui le sait et Daoudi n’est pas…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés