Meurtres d'Imlil: La presse suisse fait témoigner les proches du suspect

Des proches du suspect hispano-suisse clament son innocence dans la presse suisse

Le Temps, a publié lundi une enquête sur Kevin Zoller, cet Hispano-Suisse suspecté par le BCIJ d'être impliqué dans l'attaque d'Imlil. Entre Genève et Marrakech, le quotidien suisse affine le profil du jeune homme de 25 ans, dont le profil « cadrerait mal avec celui d'un djihadiste de l'État islamique ».

Par

L'hispano-suisse, Kévin Z., était connu de la police hélvète pour des faits de petite délinquance. Crédit: Capture d'écran

Pour son entourage, il ne fait aucun doute que Kevin Zoller n’est nullement impliqué dans l’attaque d’Imlil qui a coûté la vie à deux jeunes touristes scandinaves, Louisa Vesterager Jespersen et Maren Ueland, le 17 décembre. Une enquête du quotidien suisse Le Temps retrace le parcours du suspect, un jeune homme de 25 ans détenteur de la double nationalité hispano-suisse, interpellé le 28 décembre et « soupçonné d’avoir appris à certaines personnes interpellées dans cette affaire à utiliser les outils de communication issus des nouvelles technologies et de les avoir entraînées au tir », d’après Abdelhak Khiame, patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ).

à lire aussi

Le suspect a comparu le 4 février à Salé, clamant « son innocence devant le juge d’instruction, qui l’a entendu dans une atmosphère positive », selon son avocat Saad Sahli. Ces dernières semaines, la presse suisse a déjà pu brosser le portrait du jeune homme, décrit comme un garçon ayant eu une adolescence agitée, entre la mort de son père, une instabilité psychologique et des faits de petite délinquance qui l’ont fait connaître de la police. Dans son enquête entre Genève et Marrakech, Le Temps cite notamment l’épouse du suspect. Celle-ci estime que « Kevin est victime d’une erreur judiciaire ou, pire, d’une machination ». Elle évoque notamment de « nombreuses contradictions entre les faits reprochés et ce qu’elle sait de l’emploi du temps de son mari », poursuit le quotidien suisse.

Timing mis en question

Pour Fatima, qui s’est marié à Kevin en 2015, son mari « ne se trouvait pas au Maroc au moment des faits, mais en Suisse ». Des « réservations, quittances et reçus qui attestent des dates de leur voyage vers la Suisse », sont, selon elle,  des preuves de son absence au Royaume à la mi-décembre. « S’il avait trempé dans une affaire criminelle, il n’avait aucune raison de rentrer au Maroc pour risquer de se faire arrêter », ajoute la jeune femme de 25 ans.

Des propos font écho à ceux de la mère du suspect, Gema. Celle-ci, dans les colonnes du quotidien espagnol El Mundodéfendait bec et ongle le 8 janvier le fait que son fils ne se trouvait pas au Maroc. « C’est impossible (…) Kevin, sa femme et mon petit-fils sont venus en Suisse le 15 décembre et y sont restés jusqu’au 19 décembre. Ils voulaient renouveler des papiers pour qu’ils puissent continuer à venir en Europe et retourner immédiatement au Maroc. Or, les meurtres ont eu lieu le 17 », soutient-elle.

Pour la mère du suspect, tout ce qui a été dit sur l’implication de Kevin Zoller n’est que « mensonge ». Elle fait allusion aux soupçons des enquêteurs qui estimaient que le jeune homme a été « imprégné de l’idéologie extrémiste » depuis sa conversion à la mosquée du Petit-Saconnex, à Genève, connue pour véhiculer une vision rétrograde de la religion.

Passionné de paintball et… du Raja

Au-delà des propos de proches clamant son innocence,  Le Temps relève dans son enquête que le profil du suspect « cadre mal » avec celui d’un jihadiste de Daech, malgré sa jeunesse agitée. D’après le BICJ, Kevin Zoller aurait « entraîné les quatre terroristes au maniement des armes, leur aurait fourni la messagerie cryptée Telegram, et aurait tenté de recruter pour la bande des ressortissants subsahariens ». L’enquête du quotidien helvète évoque une passion pour le paintball, un loisir auquel il s’adonnerait régulièrement dans un club près de Marrakech. Il est décrit comme « un client comme les autres, régulier, mais sans plus» par  un employé de ce club situé à 14 kilomètres de la ville ocre. « Il ne s’agit pas d’armes, mais de paintball, d’un simple jeu, cela n’a rien à voir avec le tir d’un pistolet, d’un fusil ou d’une kalachnikov, ce sont des boules de peinture inoffensives ».

« La police n’a pas mené d’enquête sur place, mais cela n’étonne personne au club, où l’on refuse de faire un lien entre des activités ludiques appréciées et un réseau djihadiste », relève encore Le Temps. « Quant aux nouvelles recrues, il s’agirait d’un ami camerounais. Enfin, Telegram est facilement accessible à tous», ajoute le quotidien. L’ami camerounais du suspect, nommé Ramad, est l’un de ceux avec qui ce dernier se rendait régulièrement au club de paintball. Il est présenté comme une personne ayant tenté de rallier l’Europe par le détroit de Gibraltar, avant de rencontrer « Kevin qui vit dans une bulle, centré autour de son couple ». Rapidement, il serait devenu le confident de ce dernier.

« Il m’a soutenu lorsque j’étais victime de racisme. Toujours calme, il me disait de ne pas m’énerver, explique Ramad. On se voyait au café, toujours le même, en face du McDonald’s de la route de Casa, pour regarder des matchs et fumer des joints. Pour qu’il y ait un enjeu, on faisait des paris sur le vainqueur. Lui soutenait comme un fan le club Raja de Casablanca ». 

Ramad rejette aussi les accusations d’embrigadement de ressortissants subsahariens qui visent son ami. «Je suis le seul Noir parmi les connaissances de Kevin, mais je ne suis même pas musulman. Ce serait absurde que la police me suspecte d’être un djihadiste. D’ailleurs, ils ne m’ont pas convoqué ni interrogé », confie-t-il au média suisse.

Mauvaises fréquentations et dénouement rapide en vue

Kevin Zoller se rendait également également au club de paintball avec son oncle, sa soeur, un ami suisse et, à une seule reprise, Abdessamad Ejjoud. Ce dernier est décrit par le journaliste comme « l’homme par lequel les problèmes arrivent ». Il  est accusé par les autorités d’être le chef de la bande d’Imlil.

Ce dernier apparaît dans la vidéo montrant le groupe qui a perpétré les meurtres d’Imlil prêter allégeance à Daech. Kevin Zoller l’aurait rencontré par le biais d’un imam de Chrifia, près de Marrakech, et lui aurait permis d’approfondir sa connaissance de la religion. Kevin Zoller aurait invité l’imam à participer à une partie de paintball. C’est alors que ce dernier aurait invité Abdessamad Ejjoud à se joindre à eux, d’après le témoignage de l’épouse du suspect. « Ils ont fait connaissance et se rencontrent en quelques occasions. Mais il n’est venu qu’une seule fois à la maison pour la fête après la naissance de notre fils », poursuit-elle. Selon la jeune femme, les deux hommes ont cessé de se voir à l’été 2017, au moment où son mari a compris que « c’étaient de mauvaises fréquentations ».

« Il ne faisait pas partie d’une bande terroriste et n’a pas trempé dans leurs activités criminelles », soutient l’avocat du suspect, Me Saad Sahli. Le Temps rapporte que la police helvète interroge actuellement les proches de Kevin Zoller, et que les éléments de l’enquête pourraient le faire innocenter. C’est même une certitude pour son avocat, qui voit une affaire « promise à un dénouement rapide en faveur de son client », relève le quotidien suisse. « Pour l’instant, c’est parole contre parole. Mais lors de la confrontation entre Kevin et ceux qui l’accusent, au nombre desquels Abdessamad, les contradictions éclateront au grand jour. Je fais confiance au juge qui saura vite déterminer qui ment et qui dit vrai », conclut Me Sahli.

article suivant

Meghan Markle et le Prince Harry sont arrivés à Casablanca... avec près d'une heure de retard

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.