Il faut sauver le soldat Ramed

Le Régime d’assistance médical destiné aux démunis souffre de plusieurs défaillances. Avec 12 millions de bénéficiaires et un financement public insuffisant, les hôpitaux sont dépassés et la stratégie du ministère de la Santé se fait toujours attendre.

Par

Le nombre de bénéficiaires du Ramed a atteint 12 millions en 2018, dont 91% de personnes en situation de pauvreté et 9% en vulnérabilité, selon le ministère de 
la Santé. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

Le Régime d’assistance médical (Ramed) va mal. Tout le monde s’accorde à le dire : du roi qui a demandé au gouvernement, pendant son dernier discours de la fête du trône, de “redresser les anomalies qui entachent (son) exécution”, à la Cour des comptes qui a établi un bilan sévère sur sa gouvernance dès fin 2017, en passant par l’Observatoire national du développement humain (ONDH) pour qui son ciblage “n’assimile malheureusement pas les plus pauvres”.

“Pour accéder aux hôpitaux publics, les Ramedistes sont obligés de payer en espèces ou de présenter un chèque au préalable”

Réseau marocain de défense du droit à la santé
Le dernier à avoir tiré la sonnette d’alarme est le Réseau marocain de défense du droit à la santé. “Pour accéder aux hôpitaux publics, les Ramedistes sont obligés de payer en espèces ou de présenter un chèque au préalable, qu’ils…

article suivant

31 mars, 21h : 15 nouveaux cas d'infections confirmés, 617 au total