Renouveler les bonnes résolutions

Par Aicha Akalay

Il y a vingt ans, c’était l’état de grâce. La virginité autorisait toutes les ambitions. Mohammed VI arrivait sur le trône, avec une nouvelle génération autour de lui. Le jeune roi voulait un Maroc moderne, plus juste et respectueux des droits humains. Fouad Ali El Himma et Yassine Mansouri étaient trentenaires. Le Palais avait un porte-parole. Dans des images rares et plus jamais renouvelées depuis, Mohammed VI apparaissait en action, foulant les marches de son bureau d’un pas pressé, tamponnant des documents, habité par l’urgence de répondre aux attentes du royaume. De grands espoirs qui faisaient dire au souverain, à l’époque déjà: “Je promets d’essayer, mais pas de réussir”. En 2019, le monde se divisera en deux catégories. Ceux qui loueront les réalisations d’un “monarque visionnaire”, comme il est coutume de faire tous les 30 juillet dans le royaume. Avec cette date anniversaire, c’est la mappemonde qui sera dans le viseur des communicants du Makhzen. Les arguments sont déjà là: le Maroc tient, stable et sûr, malgré les mauvais présages des oracles envieux. Il invente son modèle doucement mais sûrement,…

article suivant

Un concours de recrutement de la région de Tanger annulé par l'Intérieur