La justice ordonne la dissolution de l’association Racines

Le tribunal administratif de Casablanca a ordonné la dissolution de l’association Racines. Un jugement qui fait suite à l’enregistrement de deux épisodes de la web-émission «1 dîner, 2 cons, » tournés dans les locaux de l’organisation culturelle.

Par

Youtube/ 1dinerde2cons

Le 26 décembre dernier, le tribunal administratif de Casablanca a ordonné la dissolution de l’association Racines, rappportent plusieurs de nos confrères. Une information confirmée à TelQuel par une source au sein de l’association œuvrant pour l’intégration de la culture dans les politiques publiques de développement humain, social et économique.

Cette décision intervient quelques mois après le tournage, dans les locaux de Racines, d’un épisode de la la web-émission « 1 dîner, 2 cons, » animée par Amine Belghazi et Youssef El Mouedden. Le dernier épisode, réparti en trois volets et baptisé « L’épopée des nihilistes », traitait notamment du discours royal prononcé le 29 juillet à Al Hoceima et adoptait un ton critique envers le roi. Des thématiques qui ont valu à l’acteur associatif et membre de l’association, Aadel Essadani, d’être « questionné par les autorités locales sur les activités, le statut légal et des éléments bilantiels de Racines, » rapportait LeDesk au mois de septembre.

Outre Aadel Essadani, « L’épopée des nihilistes » réunissait le  porte-parole de Human Rights Watch pour la zone MENA, Ahmed Benchemsi, le journalise Omar Radi, l’universitaire Rachid Aourraz, le chanteur Barry et Jaouad Hamidi, coordonnateur du comité marocain des minorités religieuses. La diffusion de l’émission est-elle à l’origine de la dissolution de l’association ?

« Des propos contraires à la loi »

Selon notre source, l’association  Racines n’a pas encore « pris connaissance des attendus du jugement, spécifiant les motifs retenus par la justice pour justifier sa dissolution ».  Notre interlocuteur précise que l’association ne compte pas communiquer pour l’instant sur sa mise en liquidation. « Nous ne devons pas anticiper les choses. Dans ce cas de figure, il ne s’agit pas seulement de Racines, mais de la liberté d’expression au Maroc », dit-il.

Ayant pris part à l’audience du 26 décembre, lors de laquelle le jugement a été prononcé, l’avocat de l’association Abdeslam Bihi, nous affirme que la décision du tribunal repose « sur le réquisitoire du parquet, mené par un huissier de justice et basé sur la retranscription, digitale et écrite, de deux épisodes de l’émission ‘1 dîner, 2 cons’. »

Selon l’avocat de l’association, les deux épisodes concernés sont « L’épopée des nihilistes, » filmé en août dernier et « Le spécial dignité» tourné en janvier 2017, où « des propos contraires à la loi, »  ont été prononcés rapporte l’avocat, citant le réquisitoire.

article suivant

20 septembre : 35 décès et 1.924 nouveaux cas de contaminations, le Maroc franchit la barre des 100.000 cas