L’islamisme mais sans moi

Par Omar Saghi

On connaît le phénomène, un peu partout dans les pays arabes: lors du ramadan par exemple, leur bourgeoisie quitte les lieux. Comme des oiseaux migrateurs attentifs à l’horloge climatique, ils prennent leur envol au moindre signe d’intensification de la religiosité. C’est pourtant parmi ces élites qu’on trouve les plus grands défenseurs des valeurs culturelles locales, au nom du patriotisme, le plus souvent. Cette ironie se reproduit à tous les échelons de la société. Les classes moyennes de la rive sud de la Méditerranée rêvent d’Occident, et militent pourtant, bec et ongles, pour le renforcement du caractère islamique de leur société. Si encore elles rêvaient d’Occident pour des raisons économiques ! On pourrait dès lors comprendre une sorte de cloisonnement mental entre la réussite économique en Occident et le style de vie idéal des pays arabes. Mais il ne s’agit même plus de cela. La plupart de ceux qui rêvent d’Occident rêvent précisément de libertés occidentales.

“Etrange situation que cette admiration non feinte pour la liberté, par ceux-là mêmes qui ne la pratiquent ni n’envisagent de la pratiquer”

Omar Saghi
Tendez l’oreille,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés