Zakaria Boualem, les gilets jaunes et le Makhzen

Par Réda Allali

Nos amis français traversent une période très compliquée les pauvres, c’est Zakaria Boualem qui vous le dit. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, il souhaite rendre hommage à ce peuple qui manipule la fiscalité, l’économie et les sigles avec une dextérité de ballon d’or. Il suffit de les écouter parler de la suppression de la hausse de la CSG et du maintien de l’annulation de l’ISF malgré l’augmentation du SMIC et la défiscalisation des heures supplémentaires pour être saisi d’une sévère migraine. Tout ce que le Guercifi a compris, c’est que les Français estimaient qu’ils n’avaient pas assez d’argent, voilà un sentiment très facile à saisir.

“Contrairement aux fourbes politiciens français, nos dirigeants ne sont pas au service du grand capital. Ils sont surtout au service de leur grand capital, qui est bien marocain, hamdoullah”

Réda Allali
Ils ont également développé la sensation désagréable que leurs dirigeants s’étaient mis au service des multinationales au détriment de leur peuple. Du coup, ils ont enfilé des gilets jaunes et laissé éclater leur mauvaise humeur à l’air libre, voilà le résumé….

article suivant

Après le président, le Conseil de la concurrence retrouve 12 nouveaux membres