David Rigoulet-Roze: “Le Maroc a une légitimité religieuse plus évidente que l’Arabie Saoudite”

Le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salman, vient de parachever une tournée internationale dans les pays arabes, après un crochet par le G20 argentin. Sa première sortie à l’étranger depuis l’affaire Khashoggi. Analyse des enjeux de ce circuit par David Rigoulet-Roze, spécialiste du Moyen-Orient.

Par

DR

Les affaires reprennent malgré la tempête, realpolitik oblige. Après l’onde de choc provoquée par l’assassinat, le 2 octobre, du journaliste Jamal Khashoggi, Mohammed Ben Salman veut montrer qu’il tient, plus que jamais, les rênes du pouvoir. Au terme d’une tournée internationale dans différentes capitales du monde arabe – où Rabat n’était pas incluse -, entrecoupée d’un crochet par Buenos Aires, la sortie du prince héritier saoudien n’a laissé personne indifférent. David Rigoulet-Roze, enseignant-chercheur rattaché à l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS), revient sur le tour du monde de MBS, entre prudence diplomatique, contestation citoyenne et volonté affichée de reprendre le dessus sur l’axe “frériste”.

En quoi une tournée à destination du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord est-elle importante pour Mohammed Ben Salman?

David Rigoulet-Roze
La tournée de MBS “ est une manière pour le roi…

article suivant

“Notre marche est la lecture”, Abdelkader Retnani, président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc