Zakaria Boualem, les Marocains et l'affaire Carlos Ghosn

Par Réda Allali

Nous vivons désormais dans un monde où l’information circule à grande vitesse, et où chacun pense qu’il est important de la commenter. C’est une banalité, bien entendu, mais ne vous inquiétez pas : on va se rattraper dans la suite de la page. De par ce fait, Zakaria Boualem se délecte chaque jour des situations saugrenues engendrées par cette mondialisation numérique. La dernière concerne le PDG de Renault, un certain Carlos, président de Renault de son état. Ce brave homme a été accusé de malversation et enfermé dans une prison japonaise pour répondre de ses actes. Ne comptez pas sur notre héros pour vous narrer les détails de ses magouilles, il n’y comprend rien. De même qu’il est incapable de vous rapporter le montant de ses émoluments, il s’agit de chiffres tellement phénoménaux qu’ils deviennent abstraits. Il n’a pas non plus la moindre certitude sur les agissements de ce héros du capitalisme, sinon qu’il est friand de teinture capillaire. Par contre, il peut vous raconter la réaction de nos internautes à l’annonce de cette nouvelle. Car oui, les Marocains ont une opinion…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés