Merci qui?

Par Aicha Akalay

Lui, c’est le rigolo de la bande. La meilleure carte populiste du PJD au gouvernement. Lahcen Daoudi, ministre démissionnaire toujours en poste, manifestant improvisé, responsable public impuissant mais bruyant. Son maintien dans les rangs de l’équipe El Othmani résume à elle seule le manque de sérieux de ce gouvernement. Sur ce dernier point, personne ne s’y trompe plus, même dans les chancelleries du royaume, les diplomates en perdent leur réserve pour s’étonner du niveau général. Notre ministre des Affaires générales et de la gouvernance s’insurge donc, dans nos colonnes, contre les marges pratiquées par les distributeurs de carburants : jusqu’à 1,80 dirham, alors qu’elles étaient de 60 centimes avant la libéralisation du secteur en 2015. “Si je vois qu’il y a désordre, je plafonne”, prévient-il, menaçant. Les promesses de Daoudi n’engagent que ceux qui veulent bien y croire. Il répète la même ritournelle depuis mai, reprenant les paroles tout aussi crédibles du Chef du gouvernement, prononcées elles aussi à la même période : “Le gouvernement est conscient des problèmes et des répercussions de la libéralisation des prix des…

article suivant

Trump annule sa rencontre avec Poutine au G20 à cause de l'Ukraine